2006
La Force de l'Art

Plan dessiné tiré sur papier affiche marouflé au mur (500 × 250 cm), 6 impressions n&b de représentations 3D d'architectures d'Ashgabat posés sur aluminium (60 × 46cm / 100 × 46cm), photo montage encadré (180 × 100cm), table basse, livres, ordinateur, repose-pieds, TV, interview TF1 (40'), lecteur DVD , étagères, Flyers.

Projet réalisé avec la collaboration de l'architecte Mathieu Andrieu.

 

Le projet La nouvelle Ashgabat dresse les contours de l'Ashgabat contemporaine. Ashgabat — la capitale du Turkménistan — a subi en octobre 1948 un tremblement de terre dévastateur qui a détruit la plupart des édifices. La phase de reconstruction de la ville, réalisée selon des conceptions urbanistiques modernes, rejoint en fait l'archétype d'une ville soviétique. La capitale turkmène est devenue un parc à thème stalinien, avec ses palais présidentiels, ses sculptures à la gloire du dictateur et sa poignée d'hôtels de luxe. Ce dispositif fait état des importants enjeux économiques internationaux qui se jouent autour de cette reconstruction. Les pays occidentaux n'hésitent pas à pactiser avec Saparmourat Niyazov, le cruel dictateur du Turkménistan, pour aider la signature de gros contrats. En 1996, le PDG de TF1 et le PDG de Bouygues Construction mettent en scène un simulacre d'émission, afin de conclure de gros contrats entre Saparmourat Niyazov et quatre entreprises françaises. Jean-Claude Narcy, journaliste de TF1, y interviewe le président turkmène et les quatre dirigeants français, sur un plateau monté pour l'occasion. Ne correspondant à aucune émission existante, cette fausse couverture médiatique a été diffusée en boucle pendant plusieurs mois sur les chaînes turkmènes, à la gloire de Saparmourat Niyazov, « l'homme adulé par le monde entier ». En France, la cassette restera dans les tiroirs de TF1, mais aura permis de concrétiser d'énormes contrats avec les entreprises associés à cette mise en scène médiatique.

 

La Force de l'Art, Le Grand Palais, Paris.

Drawn map printed on a poster displayed on the wall (500 × 250 cm), 6 digital pictures of 3D architecture from Ashgabat on aluminium (60 × 46 cm / 100 × 46 cm), framed photomontage (180 × 100 cm), low table, books, computer, foot resters, TV, TF1 interview (40’), DVD player, shelves, flyers.

In collaboration with architect Mathieu Andrieu.

The New Ashgabat project is portraying today’s Ashgabat. Spared by World War II, the capital of Turkmenistan was struck by a devastating earthquake in 1948. It destroyed most of its buildings and killed two thirds of its population. The reconstruction of Ashgabat was then made according to modern urban conceptions and it is actually a typical Soviet city. The Turkmen capital has become a Stalinian theme park with its presidential palaces, its sculptures praising the dictator and its handful of luxury hotels. In 1996, the CEO’s of TF1 and Bouygues Construction (respectively two eminent French TV network and construction companies) staged a fake TV show in order to have big contracts signed between Saparmurat Niyazov and four French companies. Jean-Claude Narcy, a well known television host from the TF1 network, interviewed the turkmen President and the four French executives on a set made especially for this occasion. Not matching any existing TV shows, this forged media coverage was broadcast during several months on the turkmen channels, praising Saparmurat Niyazov, ‘'the man idolized by the whole world'’. In France, the tape would stay in TF1’s drawers, but brought big contracts to the companies involved in this media deception.

La Force de l’Art, Le Grand Palais, Paris.

see also:
Lady Di at the Mountain

Carte (210 × 120 cm), Affiche (120 × 80 cm), disque vinyle Dub Plate, tourne-disque, vidéo (3'), TV, livre, étagères.

Les Héros crédibles

Crapaud en plâtre doré à la feuille d'or, borne AFP, 4 disques vinyles, machine low-tech qui éjecte des feuilles, [...]